Texte publié nitialement dans le numéro deux du trimestriel Nowe Media, une revue polonaise dirigée par Eryk Mistewicz et entièrement dédiée aux stratégies de communications innovantes (web social, marketing politique, neuro-marketing, e-PR…).

Dans le numéro précédent de Nowe Media, nous avons traité de l’évaluation des Key Opinion Leaders. Nous voudrions poursuivre cette réflexion en nous intéressant à un type bien particulier de KOL qui fleurit sur le web, «Les internautes anonymes». En effet, qu’il s’agisse de blogueurs stars ou de commentateurs, l’armée des internautes masqués ne cesse de grandir, posant plusieurs questions : pourquoi et comment laissons-nous des contenus anonymes sur internet ? Un contenu posté anonymement sur le web a-t-il une valeur et si oui comment l’évaluer ?

L’anonymat, un thème récurent du web

Andy Warhol avait prévu que chaque inconnu – dans un futur proche – pourrait bénéficier d’un quart d’heure de célébrité. Le web a rendu possible cette prophétie. «Des anonymes» peuvent devenir célèbres le temps d’un buzz. En même temps, on constate, de manière assez paradoxale, qu’avec le développement d’Internet, un grand nombre d’internautes profitent de la toile pour se créer des pseudonymes et poster des contenus en secret. Bien évidemment, cela n’a rien de nouveau et depuis l’aube de l’humanité, il y a des auteurs qui choisissent l’anonymat. On se rappellera qu’au Moyen-Age, par exemple, beaucoup d’oeuvres étaient anonymes, car on pensait que le nom de l’auteur n’avait pas d’importance. René Descartes avait choisi de publier dans l’anonymat son Discours de la Méthode. L’utilisation de pseudonyme a toujours également été assez répandue. Ainsi, Stendhal n’était autre qu’Henry Beyle… Le plus souvent la motivation des grands anonymes de l’histoire fut le souhait d’éviter la censure. N’est-il pas paradoxal, alors, de voir croître l’armée des anonymes à vue d’oeil à l’heure où la liberté d’expression semble totale grâce au web ? Ainsi, en Août 2012, 83 millions de comptes Facebook sur les 1 milliard recensés seraient des faux, soit près de 9%. Ce chiffre a quelque chose de surprenant, car pendant longtemps, on a imaginé que les réseaux sociaux venaient casser la création de pseudo anonymes qui était une pratique systématique des forums.

Mais les pseudos ou les comptes fakes ne garantissent que l’anonymat partiel de ceux qui les créent. Un internaute laisse toujours des traces. Aussi, en y mettant les moyens, on peut toujours trouver suffisamment d’informations pour retrouver l’identité de celui qui publie. A cet «anonymat partiel» il faut ajouter l’«anonymat total» obtenu grâce à des techniques d’anonymisation très sophistiquées qui permettent de cacher la provenance de la publication. Une des plus connues, est, par exemple, l’utilisation de Tor. En postant des commentaires après s’être connecté via ce serveur Proxi, l’internaute devient quasiment intraçable. On sait aujourd’hui que de nombreuses agences proposent parmi leurs services, la création d’avatars et le posting de commentaires en anonymes à leurs clients.

On le voit, sur Internet, l’anonymat est donc un thème récurent et symptomatique. La question qui se pose alors, est, pourquoi les internautes affectionnent-ils tant que ça l’anonymat ? On pensera aux célèbres Anonymous, ces internautes disséminés de par le monde qui utilisent le portrait de Guy Fawks (le héros de V comme Vendetta) pour mener des actions sur le web (on notera que celles-ci, ont souvent pour objectif de garantir la liberté d’expression). N’est-il pas paradoxal, de devoir se cacher sur le web, alors que celui-ci se définit souvent comme le lieu dédié de la liberté d’expression ?

Comment mesurer l’influence des anonymes ?

Ce problème est fondamental. En effet, si on prend en considération notre réflexion précédente, il sera essentiel d’évaluer l’influence des commentaires et des billets anonymes. Premier constat : l’anonymat n’est pas un obstacle pour l’internaute. En France, pendant longtemps, le blogueur – un des plus influents en la matière – Maître Eolas a réussi à préserver son anonymat. la seule information qu’on possédait à son égard est qu’il était avocat au barreau de Paris, et personne ne connaissait son identité jusqu’à ce que celle-ci soit révélée par un autre blogueur. Pendant des années, ce blogueur anonyme accueillait plus de 8000 visiteurs par jour sur son site. Imaginons alors que nous voulons évaluer l’influence de maître Eolas. De quels critères disposons-nous ? Des éléments relatifs au trafic de son blog (Page Rank, trafic), des éléments de mesure de son activité sociale (nombre d’ami sur Facebook, Twitter…) de la notoriété de son pseudonyme (nombre de références dans le moteur de recherche…) par contre, il manque une information cruciale : son histoire personnelle (a-t-il écrit un ouvrage, fondé une association, dirigé une grande entreprise…) On sait parfaitement ce qui le met en valeur sur le web, mais on ne possède aucun élément pour évaluer le personnage réel. Son profile est donc moins complet que celui d’un blogueur identifié. Persiste une zone d’ombre sur un critère d’évaluation essentiel : Il manque une preuve qui permet de démontrer que le blogueur influent n’est pas un personnage fictif et que ses actes correspondent à ses paroles. On pourrait très bien imaginer que le personnage virtuel soit un imposteur : donneur de conseil sur le web et charlatan dans la vie réelle. Faut-il pour autant nier l’influence de ce «bel esprit sans corps» ? Si oui en toute logique, on devrait alors laisser tomber la moitié des commentaires postés sur les forums, pour la bonne et simple raison que ceux-ci sont anonymes ?

Cela ne fait pas vraiment de sens. En effet, depuis longtemps, le ranking des forumeurs est la meilleure solution pour évaluer la fiabilité des commentateurs anonymes (on pensera à e-bay où les acheteurs peuvent recommander les marchands, mais aussi à Wikipédia, où les Wikinautes anonymes se recommandent entre-eux). Les interntautes ont donc trouvé un moyen propre d’accorder leur confiance aux anonymes, même si on est obligé de reconnaître qu’il

manque une dimension. Sur Internet, les anonymes ont leur propre système d’évaluation : on leur accorde une confiance extraordinaire sans leur demander d’assumer la responsabilité de leurs propos. On pourra alors s’interroger si le «blogueur influent anonyme», n’est pas comme un billet de banque d’une monnaie surévaluée ? Qui sait peut-être qu’un jour la bulle de l’anonymat finira par éclater sur le web et que les internautes réclameront une transparence totale. En attendant, les anonymes continuent de bénéficier d’un statut privilégiés, ce qui pose le problème de leurs droits.

Faut-il un droit privilégié pour les internautes ?

En France l’interdiction de l’anonymat sur Internet est un des thèmes favoris de l’UMP. Ainsi, l’ex-Ministre Nadine Morano voulait interdire l’anonymat sur Twitter. On imagine le tollé suscité par ces propos et surtout la difficulté de la mise en oeuvre d’une telle proposition. Cela ne remet-il pas en cause tous les principes du web, lieu d’échange libre ? Pourtant, on constate que les forums redoublent désormais d’ingéniosités pour essayer de tracer et d’identifier un maximum leurs membres et ce, pour éviter les faux avis. La chasse à l’anonymat et aux avatars fictifs semble lancée. De plus en plus de forums de journaux proposent aux internautes d’utiliser leur profile Facebook pour laisser un commentaire. Si l’idée d’une interdiction totale de l’anonymat sur Internet paraît stupide et irréalisable, on peut tout de même imaginer que les internautes vont exiger de plus en plus de transparence sur le web. En effet, à force de s’être fait

gruger ou d’avoir participé involontairement à des tentatives d’intoxications collectives, les internautes risquent de devenir de plus en plus exigeants et de demander de plus en plus de garanties concernant la source de l’information qu’ils trouvent sur le web. En même temps, il est évident que ce mouvement vers plus de transparence sur le web ne pourra se réaliser qu’avec une libération effective de la société : car l’anonymat ne fait sens sur le web, qu’à partir du moment où la censure et le politiquement correct continuent de régner de manière explicite et/ou implicite dans l’agora collective des citoyens.

Jean-Paul Oury est consultant en e-reputation. Spécialiste de la communication de crise sur Internet, il est titulaire Phd en histoire des sciences et technologies. il a écrit La Querelle des OGM (PUF, 2006). Vous pouvez le suivre sur son compte Twitter ainsi que sur son blog.

61 commentaires pour “Pourquoi les anonymes ont-ils de l’influence sur le web ?”

  1. J’ai remarqué aussi que de plus en plus on trouvait sur les blogs ce module qui permet de commenter via son profil facebook. Mais comme souligné dans l’article, cela n’est pas non plus un moyen infaillible de savoir qui parle car les faux profils, ou avec pseudonymes, sont aussi très nombreux. Je pense que cette chasse à l’anonymat va être compliquée…

    • Il existe plusieurs moyens pour détecter des faux profils sur un site. En effet, les faux profils ont tendance à mettre un fausse image et il est désormais possible de détecter cette fausse image grâce à l’outil IMAGE de google qui, en déplaçant l’image sur la page google image permet de trouver si elle est déjà indexée et sur quel site.

      Les autres moyens sont purement interne au site qui propose les profils. Généralement les personnes utilisent une information identique comme une adresse email similaire ou encore un mot de passe similaire ce qui permet de les identifier comme doublon et donc comme faux profil potentiel.

  2. C’est vrai que la situation est assez paradoxale au niveau de l’anonymat sur internet,l’exemple type en est les forums. Les internautes accordent beaucoup d’importance aux réponses qui peuvent être données à des questions posées alors même qu’on ne sait rien de celui ou celle qui parle…cela peut parfois s’avérer dangereux…

    • Tout à fait d’accord mais il ne faut pas oublier que si on fait en sorte de restreindre les personnes qui poste anonymement, internet n’aurait pas nom plus l’intérêt que l’on lui trouve aujourd’hui. Toute le monde ne répond pas n’importe quoi et internet est un grande encyclopédie du savoir grâce aux interventions de ses nombreux anonymes.

      Bref, il faut savoir faire le tri et faire de la recherche comparative pour une même source d’information.

  3. Il y a aussi que l’anonymat sur le net met tout le monde sur le même pied d’égalité et fait ressortir des talents qui n’aurait pas pu s’exprimer dans la réalité pour bien des raisons, sur le net tous les chats sont gris, ça fait se poser des questions sur l’apparent succès des gens qui présente bien :)

    • Tout à fait d’accord : internet donne la possibilité aux gens talentueux et sans moyens de se faire connaître par ce biais plutôt efficace lorsqu’on a beaucoup de talent (bien que la concurrence soit rude, chacun y allant de son buzz sur youtube). Je pense qu’il suffit d’une personne sensée et bien intentionnée qui pourrait toucher les gens.

  4. tres bon article

  5. « Des anonymes» peuvent devenir célèbres le temps d’un buzz » :

    Anonymous sont bien les anonymes qui bénéficie le plus de l’effet buzz sur internet ^^

  6. Il faut que l’internet reste anonyme, c’est quand même un des moyens qui permettent d’avoir une certaine liberté, sans cela franchement je crois que des fois je m’auto-censurerais.

    • C’est vrai que l’anonymat donne une certaine illusion de liberté d’expression lorsque les gens s’expriment sur un forum, un blog, ou autre. Mais en soi, on est toujours pistables si quelqu’un veut vraiment savoir qui se cache derrière un pseudonyme, avec notre IP.

  7. L’anonymat, c’est le pouvoir de s’exprimer sans en assumer les conséquences… normal que l’on trouve un nombre incommensurable de refoulés sur le Net.

  8. Il ne faut pas non plus taper sur tout le monde..

  9. Internet c’est un terrain de jeu pour anonymes ! Mais c’est aussi la porte ouverte à tout les abus !

  10. Merci pour l’article.

    Bonne continuation.

  11. Un article qui résumé bien la phrase vivons heureux, vivons cachés

  12. L’anonymat sur le Web peut dans un certain sens garantir une forme de neutralité. Le probleme c’est le trolling avec les insultes et la violence vers autrui sur les forums, dans les commentaires, etc…

  13. Article très intéressant. Merci beaucoup pour celui-ci.
    Je ne pense pas que la France est prête a devenir comme la chine, ou il sera obligatoire de donner sa véritable identité pour se connecter sur internet…

  14. Bonsoir, je pense que le talent est partout et non seulement dans les personnes connues, les anonymes ont parfois beaucoup plus de talent. Internet est aussi un agitateur de talents à échelle mondiale.

  15. Bonjour Jean-Paul,

    L’e-reputaton comme vous le dites ne depend pas de l’identification de la personne.

    Tout comme certains métiers revêtent une aura par rapport à d’autres : secouristes, pompiers, médecins : on sait qu’ils sont « au service » des administrés. Et pourtant, comme partout, il y a des malhonnêtes et des imposteurs dans ces catégories aussi.

    Ce qui est sûr, c’est que l’anonymat sur internet est une illusion pour la personne qui interagit régulièrement. En effet, les algorithmes sont parfaitement capables d’analyser la communication écrite et de repertorier les styles. Comme ce que j’écris en ce moment : longueur moyenne des phrases, répétitions et figures de styles, emploi d’un certain type de vocabulaire et de constructions grammaticales… Je peux faire illusion auprès d’humains en multipliant mes pseudos, mais la machine peut analyser et reconnaître mes écrits !

  16. Garder l’anonymat sur le net est une chose facile en soit mais compliquée malgré tout car tout est surveillé. Comme dit dans le commentaire précédent, les algorithmes sont capables d’analyser le style.. Les bots sont de plus en plus compétents et laissent de moins en moins de place à l’anonymat !

  17. Je pense que l’anonymat est l’un des fondements d’internet, même si bien entendu cela engendre des des dérives inacceptables. Néanmoins, à mon humble avis vouloir rendre obligatoire l’identification de chaque internaute risque d’apporter tout autant de dérives…
    De la difficulté de trouver un bon compromis entre les 2 !

  18. Devenir célèbre pour quoi faire? Remplir un vide existentiel ?

  19. Je suis toutes les semaines confronté à des personnes qui s’inscrivent sur mon site, avec des coordonnées farfelues. La plupart du temps, ces dernières m’expliquent qu’elles souhaitent rester anonymes.

    Alors comment vont faire ces anonymes pour recevoir un paiement pour la vente d’un objets d’occasion, ou encore se faire livrer le produit acquis aux enchères… Cherchez l’erreur.

    Ces inscriptions sont systématiquement effacées de la base de données.

  20. Bonjour

    Je pense que l’anonymat sur internet n’existe plus vraiment..

    Après je pense que l’influence de chacun est developpé sur le net et cela surtout grâce au réseaux sociaux avant quand on avait une idée il n’y avait que nos proches du moments qui l’entendait. Aujourd’hui nos 300 amis facebook le savent…

  21. L’anonymat reste une des grandes possibilités qu’offre Internet, pouvoir se créer un autre profil que celui que l’on a IRL. Mais ça tends à s’inverser avec la montée des réseaux sociaux.

    En tout cas merci pour cet article, très bien rédigé !

  22. Bonjour,
    Pour ma part l’anonymat sur le web ça n’existe pas, c’est de la pur illusion. L’anonymat dans le monde du web peut être dangereux et amener à de nombreuses dérivent. Les réseaux sociaux ne sont pas des journaux intimes sachez le !!

  23. De nos temps il est très dur de garder son anonymat sur la toile!
    Merci pour cet article.

  24. L’anonymat fait peur à ceux qui cherchent à contrôler les masses, que leurs projets soient dévoilés au grand jour et que l’on ne puisse pas arrêter ou censuré l’auteur, voila pourquoi les politiques refusent l’anonymat

  25. Merci pour cet article.
    L’anonymat sur internet a des avantages (voir les révolutions arabes) et des inconvénients (des personnes disent des choses qu’elles ne diraient jamais si elles n’étaient pas anonymes: pédophilie, menace de mort…)

  26. Qui dit monde virtuel dit aussi identité virtuelle. Et il y a des gens qui pour une raison ou une autre refusent de décliner leur identité. L’anonymat leur permet parfois de dire ce qu’ils n’osent pas dire à visage découvert.

  27. Je trouve que chacun a le droit à cacher ou non son identité en plus c’est monde virtuel il ne faut pas oublier ça !

  28. Personne n’est vraiment anonyme sur le web. Il y a des tas de façons pour remonter à la source. C’est juste une question de temps et de moyens et c’est mieux ainsi. Si c’était trop facile on se mettrait à chercher pour rien (par vengeance disons) mais si c’est vraiment grave (pédophilie, …) cela constitue une bonne mise en garde. On devrait même mettre en avant le faite que l’anonymat total n’existe pas.

  29. On veut toujours ce qu’on a pas :
    les gens connus souhaiteraient être anonymes (plus de paparazzi..) et les gens anonymes souhaiterez être connus.
    En tout les cas pour les 2eme, la toile peut exaucer leur vœux.

  30. Une grande tendance pour les internautes sur Facebook est de créer 2 comptes afin d’essayer de protéger « leur vie privée ». Sujet intéressant et je rejoins rania sur son point de vue concernant le droit à cacher son identité si ce n’est pas à des fins de diffamation etc..

  31. Albert says:

    L’anonymat doit être respecté

  32. c’est vrai anonymous ont un poid lourd sur le web parsqu’ils font des attaques de pirates il ont pu bloké des sites internationnaux

  33. L’anonymat a ses bons et ses mauvais côtés ! C’est comme tout, il ne faut pas tomber dans l’excès.

  34. Cela permet à cela d’avoir un certains poids sur le net !!! tout en prenant aucun risque !! ;-)

  35. L’anonymat sur le web est à la fois un bien et un mal je trouve. Un bien quand il peut apporter quelque chose de positif pour vous et un mal dans le contraire des cas. Pourchasser ceux qui se cachent derrière les pseudos est comme chercher une aiguille dans une botte de foin! C’est aussi un peu comme les appels avec des numéros inconnus…

  36. Le fait d’être anonyme désinhibe beaucoup, le fait d’être anonyme permet de prendre plus de risque et permet aux timides, coiné en tout genre de se lancer dans de grands projets !!

  37. L’anonymat est l’essence d’internet, sans cela l’internet que l’on connaît n’existerait pas, certaines fois l’anonymat permet de dire des choses que l’on ne pourrait dire à visage découvert.

  38. L’anonymat aussi est un des moyens utilisés par pas mal d’entreprises pour travailler leur e-reputation mais c’est aussi par ce même moyen qu’elles se font descendre en flèche! Sinon, c’est un moyen de s’exprimer plus librement comme si l’on portait un masque mais qui peut être dangereux également…

  39. Je trouve l’anonymat très pratique est nécessaire, le grand public peut penser autrement, mais pour éviter des problèmes avec les internautes malintentionnés, moi je suis pour…

  40. Je pense que parmi les fondements d’internet on retrouvera certaienement la notion d’anonymat.

  41. Utiliser le profil facebook ne va pas résoudre le problème. Il n’y a rien de plus facile que de créer de faux profils, avec des noms usurpés…

  42. Merci pour votre article! A part Facebook, de nombreux sites sans scrupules récoltent lors de votre passage, des informations vous concernant à votre dépend. Ainsi votre nom, votre adresse IP ou bien encore votre adresse email sont-ils exposés aux yeux des curieux lorsque vous surfez sur Internet sans précaution. Et ça c’est pas un scoop!Vos informations pourront être utilisées à des fins commerciales comme par exemple pour le spam.

  43. Merci d’avoir mettre ces informations.

  44. Je pense que l’anonymat sur le web est à la fois un bien et un mal; j’ai du mal a tranché sur ce sujet parce qu’il présente à la fois des avantages et des inconvénients

  45. merci pour les info.

  46. Les internautes accordent beaucoup d’importance aux réponses qui peuvent être données à des questions posées alors même qu’on ne sait rien de la personne qui nous répond… Cela s’avère dangereux parfois !! Cet article m’a bien fait prendre conscience de ceci! ;)

  47. Ce n’est pas tant l’anonymat mais plus le message qui a de l’influence sur le web, surtout quand celui-ci est plein de sens.

  48. J’ai exploré un peu pour trouver des articles de qualité supérieure ou messages de blog dans ce genre de domaine. La lecture de cette information Donc, je suis heureux d’exprimer ce que j’ai une très bonne sensation étrange je suis tombé sur ce que je devais. J’ai plus sûre ferai en sorte de ne pas négliger ce site et lui donner un coup d’œil régulièrement.

  49. I need to to thank you for this fantastic read!! I definitely enjoyed every bit of it. I’ve got you saved as a favorite to look at new things you post…

  50. J’ai bien aimé votre blog. D’ailleurs c’est un ami qui me l’a filé et je ne suis pas déçu. Merci pour ce sujet que je trouve d’actualité. Au plaisir de vous relire!

  51. Il est vrai et on le ressent ces dernières années que les gens sont à la recherche de plus de « vrai » et de transparence sur le net.

  52. On remarque de plus en plus de dérives verbales sur le net ces dernières années, certains internautes jouent vraiment avec le feu, il faudrait donc légiférer plus efficacement sur le sujet sans nuire à nos libertés.

  53. Je partage ce post c’est vrai que cela aide bien …

  54. ah merci mec pour poster cet article ici.

  55. alors juste merci pour avoir poster cet article.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Proxem » La lettre du 27 décembre : peut-on être influent en restant anonyme ? - […] un sujet de fond très intéressant, cet article met en perspective anonymat et influence et montre très bien que …
  2. Xavier Peytibi / Comunicación política » Blog Archive » Cómo luchar contra los rumores - […] pero con la aparición de Internet, la sociedad ha aprovechado el anonimato (a veces muy influyente) que da este …
  3. Cómo luchar contra los rumores ‹ ICP - […] a boca“, pero con la aparición de Internet, la sociedad ha aprovechado el anonimato (a veces muy influyente) que …

Répondre